Parole d’OM - Comment j’ai initié une démarche écoresponsable dans mon organisation

AccueilRSEÉconomie circulaire

Je suis Office Manager au sein d’un groupe suédois, fabricant de système de vidéoprotection, et plus précisément pour sa filiale française. Dans le milieu des sociétés scandinaves, la sustainability est au cœur des politiques de développement et de fonctionnement.

Si ce mot est parfois utilisé à tort et à travers, comme un effet de mode ou une façade du greenwashing, certains se veulent réellement plus responsables au quotidien et sur le long terme.

L’écoresponsabilité, qui représente une part importante d’une politique de durabilité, est un élément clé du développement de nos sociétés : elle fait écho à nos valeurs, permet la croissance tant au niveau de l’humain qu’au niveau du développement de nos produits et solutions, de nos partenariats. Cela est également un gage de qualité, car nous nous engageons pour un avenir plus sûr.

Je vous propose donc quelques pratiques éco/socioresponsables, plutôt aisées à mettre en place.

Faire appel à un réparateur agréé plutôt que jeter et acheter une nouvelle machine

Lorsque la garantie légale ou commerciale est prescrite ou que la panne n’est pas couverte par ces dernières, la tendance a longtemps été d’acheter un nouveau modèle, plus récent, parfois plus performant, du type de machine ayant fait des siennes. Aujourd’hui, nous cherchons à consommer de façon circulaire et non plus linéaire, c’est-à-dire qu’au lieu de mettre au rebut l’objet endommagé, sa réparation est envisagée et réalisée si possible. Des réparateurs comme Murphy permettent des interventions rapides, avec des professionnels experts en leur domaine. La machine repart comme neuve, et une économie est tirée du non-achat d’un nouveau matériel (monétaire et environnementale).

Réduire la consommation du côté de la cuisine

Adieu touillettes, verres, tasses en plastique. Et non, on ne remplace pas par du bambou ! La pratique qui consiste à remplacer le plastique par d’autres matériaux jetables n’est pas une bonne pratique, c’est du greenwashing. Une bonne politique écoresponsable, c’est celle qui permet de ne pas jeter. On revient donc aux basiques, on sort les cuillères en inox, les gobelets qu’on lave et relave (le lave-vaisselle permet d’économiser de l’eau au passage) et pour nos clients en visite, on leur propose de l’eau en bouteille en verre et consignée (grâce au prestataire Juste à temps notamment).

Favoriser la réutilisation

On n’imprime que ce qui est absolument nécessaire, de préférence recto/verso et quand on a fini d'utiliser ses documents, si possible, on réutilise le verso des documents plutôt que les jeter. Parce que la reforestation n’est pas la solution (perte de la biodiversité, forêt moins résistante…), pensez à réduire vos consommations de papiers et cartons. C’est pour cela qu’on réutilise tous les cartons qui nous parviennent pour nos expéditions de colis. Ne soyez pas étonnés de recevoir un de nos produits dans une boîte d’un prestataire de café.

Instaurer des politiques sociales inclusives

Du côté social, on fait appel à plusieurs partenaires qui emploient ou font appel à des personnes handicapées ou à la retraite. Delicorner a parfois livré des douceurs réalisées par de jeunes retraités qui aiment pâtisser ; nos sapins de Noël sont commandés auprès d’un ESAT et les voir décorer nos bureaux si joliment est un réel plaisir.

Mettre en place des forfaits mobilités durables (non obligatoire dans les petites structures)

Ce genre de politique a pu faire prendre conscience à certains des salariés que d’autres moyens que les transports individuels (et leurs galères) étaient envisageables. Parlons moyens de transport bas-carbone : nous avons depuis plus d’un an maintenant plusieurs Bernard Hinault parmi nos employés ! Nous leur offrons des équipements de sécurité (brassard ou dossard fluorescent et avec signalisation lumineuse agissant comme des clignotants) pour une meilleure visibilité et sécurité, et pour une mobilité à impact réduit.

Implémenter la gestion écoresponsable du parc informatique

En tant que société du secteur de l’IT, nous travaillons en grande partie avec du matériel informatique. Cette flotte peut rapidement devenir conséquente, et entre les commandes et les sorties de parc, il devient facile de s’y perdre. De même que le matériel non utilisé ou vieillissant pourrait trouver une seconde vie auprès d’autres entreprises, il est important de pouvoir maîtriser un maximum son parc informatique. Cela permet d’éviter les situations comme devoir demander à Paul de l’informatique de passer une commande tous les 15 jours, sans savoir ce qui a été commandé et qui a reçu le matériel, ou devoir rappeler à Catherine que non, le PC dernier cri n’est pas utile pour ses missions. Un appareil reconditionné en parfait état de marche fera parfaitement l’affaire !

On y gagne en temps et on agit pour l’économie circulaire en offrant une seconde vie, voire plusieurs autres vies, aux appareils informatiques. Ce sont les deux solutions que propose Rzilient : la gestion de parc informatique et d'équipement reconditionné pour votre organisation !

Opter pour une distribution responsable des goodies

Allez, une dernière pour la route ! Petits ou gros objets de communications pour les entreprises, les goodies font partie de la vie de l’entreprise. L’équipe commerciale ne sort jamais du bureau sans la panoplie complète, la team marketing cherche ceux qui feraient plaisir aux partenaires... Ils sont toujours présents.

Alors oui, on peut continuer à communiquer par ce biais, mais on préfère le référencement de produits made in France, ou a minima en Europe : on pense à l’empreinte carbone et on donne un coup de pouce à l’économie locale et engagée. En effet, s’engager pour la planète, avec des goodies durables et non jetables, marquera d’autant plus les esprits. Et là, on pense à Panopli, avec une équipe à l’écoute et qui ne chôme pas pour référencer de nouvelles idées, toujours dans le plus grand respect de l’environnement et pas que : merci la charte RSE signée en interne et en externe !

D’autres pratiques sont à étudier et mettre en place, et chacun peut contribuer à sa façon à un monde plus propre, plus sûr en tenant compte également des problèmes sociaux. Chacun peut contribuer, dans la sphère privée mais également dans la sphère professionnelle, à donner l’exemple à ses collègues ou à sa direction.

Donc, à vos marques, prêts, participez !

Madline Poirot, Office Manager chez Axis Communications